Par NetPolitique.net[1]

En 2005, le net s'invitait dans la campagne du référendum. En 2007, ce sera au tour de la campagne des présidentielles de s'inviter sur le net.

"2007 sera l'année de l'internetisation de la politique" rappelait très justement Jean Louis Missika à l'occasion de la conférence de lancement de Debat2007.fr. C'est d'ailleurs le seul point sur lequel semblent aujourd'hui s'accorder les acteurs politiques qui tous s'affairent depuis plusieurs mois pour ne pas rater leur entrée en "net-campagne".

Pour nombre d'entre eux, celle-ci a déjà démarré et chaque parti fourbit ses armes. Dès septembre, l'UMP prenait la main en lançant la première grande campagne d'emailing politique à partir de fichiers commerciaux, suivie de vagues d'achat massif de mots-clés sur les moteurs de recherche pour drainer le trafic des internautes vers son site. Le président du parti, estimant lui-même que "les gens ont abandonné les autres médias et que la seule façon de leur parler c'est de leur parler sur ce nouveau média", accordait fin décembre une interview au blogueur Loïc Le Meur, interview diffusée exclusivement sur internet en mode podcast.

En face, le parti socialiste n'a eu guère d'autre choix que de se lancer à son tour à la poursuite de son adversaire sur internet, en organisant une campagne de clics hostiles pour contrer le programme d'achat de mots-clés de l'UMP, et en inaugurant récemment une campagne de recrutement en ligne à tarif préférentiel.

Au-delà des seuls objectifs de recrutement, ces initiatives, inédites en France, visent avant tout à prendre l'avantage dans la guerre de position qui s'annonce sur internet. Chaque parti, chaque candidat présumé, exhorte d'ores et déjà ses sympathisants à investir la Toile pour occuper le terrain de cette fameuse « blogosphère » qui avait fait irruption avec fracas dans la discussion publique à l'occasion de la campagne du référendum européen en 2005.

Véritable nébuleuse composée de 4 ou 5 millions de blogs individuels ou collectifs, la blogosphère française, s'est depuis imposée à la fois comme une caisse de résonance de l'opinion et le porte-voix des sans-voix. Le pire y côtoie le meilleur du débat citoyen et il semble qu'il n'y ait point de sujet trop complexe ou trop insignifiant qui n'y soit instantanément repris, discuté et commenté.

Cette extension de l'espace public impose aujourd'hui aux représentants politiques, aux médias, et aux acteurs privés et publics de la société de porter le débat sur la Toile. En participant bénévolement à Débat2007.fr, nous formulons le vœu de voir émerger un tel espace de débats en ligne, auquel nous contribuerons régulièrement pour donner à comprendre ces nouveaux modes d'expression politiques et citoyens qui se feront entendre au cours de cette campagne d'un nouveau genre.

Notes

[1] , le site des phénomènes politiques sur Internet et par Internet.