Une étude instructive vient d'être publiée par la Caisse nationale d'assurance maladie (CNAM).

On y apprend que depuis dix ans, le nombre de personnes prises en charge au titre des affections de longue durée (ALD - prise en charge à 100 %) a augmenté de près de 74 % (8 millions de personnes aujourd'hui, tous régimes confondus). Et les dépenses de soins des patients concernés représentent, fin 2004, plus de 47 milliards d'euros, soit près de 60 % du total des dépenses remboursées d'assurance maladie.

Cette très forte progression du nombre des ALD s'explique par divers facteurs, souligne l'étude : croissance démographique et hausse de l'espérance de vie des patients atteints d'une ALD, augmentation de certaines pathologies graves comme le diabète (+ 83 % de patients traités en ALD en 10 ans) ou le cancer (+ 84 % en 10 ans), élargissement des critères médicaux de prise en charge, etc. La CNAM passe néanmoins sous silence certains comportements médicaux visant à instrumentaliser les ALD dans le seul but d'assurer un remboursement à 100 % à certains patients...

Par aileurs, la CNAM insiste sur l'importance des programmes de prévention, tels que prévus par la loi de santé publique de 2004 (obésité, tabac, alcool, etc.). Or, sur ce point, force est de constater une certains timidité de la part des autorités sanitaires...