Par Damien Rupied[1]

Plutôt silencieuse, à de rares exceptions près, durant toute la durée de la grève de la faim menée par le député UDF des Pyrénées-Atlantiques Jean Lassalle en mars-avril, la blogosphère s'est emparée du sujet avec avidité après coup, une fois l'état de santé du député revenu à la normale.

Le silence initial semble témoigner de deux phénomènes :

  • Tout d'abord, c'est encore très grandement la presse, écrite et surtout audiovisuelle, qui organise l'information en évoquant un sujet plutôt qu'un autre. Les blogs apparaissent alors plus comme une caisse de résonnance que comme une nouvelle source d'information capable de mettre en avant des faits oubliés ou volontairement tus.
  • On peut également y voir, bien entendu, une marque de respect pour un homme qui met en danger sa vie pour défendre ses convictions. Il est difficile d'être ouvertement critique tant que l'issue du combat mené peut être fatale.

Les billets ont commencé à affluer sur les blogs après le 14 avril, date de l'arrêt de la grève de la faim du député, suite à l'accord trouvé entre l'entreprise Toyal et l'Etat. Si quelques blogs affiliés à l'UDF ou tenus par des militants du parti centriste ont apporté, bien naturellement, leur soutien à l'action de leur député, la tonalité générale de ce qui s'est écrit sur les blogs est assez critique. Si certains soulignent la grandeur de l'acte du député, cela ne les empêche néanmoins pas de poser quelques questions sur le rôle de l'Etat dans ce genre d'affaire. Le reproche qui revient le plus fréquemment est lié au risque de remise en cause de l'image de la France ouverte aux capitaux étrangers. Des interrogations sur le rôle d'un député se sont également fait jour.

Beaucoup de blogueurs semblent en fait fonder leur critique sur le sentiment d'avoir été abusés par un discours sur les délocalisations et la mondialisation, alors que le sujet central de l'affaire semble plus celui de la désertification des zones rurales. L'absence d'un soutien massif à l'action du député serait-elle également le signe d'une concentration des blogueurs dans les grands centres urbains ?

Ce qu'il y a d'intéressant à noter – au-delà du fond de l'affaire – ce sont les relations entre la presse et les blogs dont témoigne cet épisode. Alignement dans un premier temps – celui du silence. Nettement plus critique dans un second temps. On a même vu revenir une rengaine bien connue de la blogosphère : celle de la lutte des "petits" contre les bien-pensants de la "grande" presse. On peut alors légitimement se demander si l'afflux de réactions critiques n'est pas dû également en partie à une volonté de se démarquer des médias installés – comme pour conjurer le sort du premier temps, où la blogosphère s'est alignée sur la presse.

La blogosphère a toutefois un sérieux avantage sur la presse, celui de l'humour – au-delà des titres un peu faciles comme "Lassalle a mangé". Cette affaire aura ainsi permis de découvrir les talents d'un jeune poète auteur d'une fable politique digne de La Fontaine. Un tel billet justifie à lui seul l'intérêt que l'on porte aux blogs.

Notes

[1] Damien Rupied est l'animateur du blog Largo Desolato.