Par Benoît Desavoye, Netpolitique.net[1]

On peut d'ores et déjà prédire que le taux de participation en 2007 sera excellent... sur internet.

Les blogs dont on parle tant ne sont en effet que l'arbre cachant la forêt du vaste démantèlement de la relation émetteur/récepteur qui régissait en partie les relations politiques/citoyens, ou les relations des médias avec leur audience.

Si chacun a bien compris qu'avec les blogs, des individus isolés et inconnus peuvent avoir une petite chance d'additionner leurs voix et d'être entendus dans une campagne, il importe de regarder plus loin, comme le font déjà certains médias voyant poindre la menace.

La mutation d'un électorat devenant producteur d'informations crée des médias d'un type nouveau : on parle de médias participatifs. Ces médias, bien que leurs articles soient de qualités inégales, réussissent à capter une audience qui y voit une alternative à l'information parfois trop formatée des médias traditionnels.

En France, AgoraVox est devenu en très peu de temps un portail de référence, ne proposant pourtant que de l'information publiée par des internautes "lambda" et non par des journalistes. Ce média participatif se présente ainsi comme le "média citoyen" par excellence.

Sous une forme un peu différente, Wikio, nouveau venu encore en test mais très prometteur, est un moteur de recherche d'actualités (comme Google News) qui propose également à ses membres de publier directement leurs propres contenus. Le lecteur de Wikio peut lire et donner des notes sur des textes issus indifféremment de la presse, de blogs ou proposés par les membres. (En savoir plus sur wikio).

Les médias, qui jouent un grand rôle dans une campagne, se voient donc interpellés par ces changements technologiques aussi directement que les politiques avec les blogs. Et en effet, nous ne sommes à ce jour qu'à l'aube des vastes mutations que vont opérer les médias du fait des nouvelles formes de production de l'information.

Serge July écrivait ainsi récemment à l'occasion de la sortie du supplément Ecrans de Libération : "Tous les médias généralistes, qu'ils soient audio, télévisuels ou écrits, sont sérieusement secoués par la révolution numérique, tant en ce qui concerne l'audience que les recettes publicitaires. Aucun nouveau média n'a jamais tué les médias existants, à condition que ceux-ci muent". Ainsi, Le Monde propose depuis 2005 à ses abonnés de créer leur blog en attendant de dévoiler son dispositif spécifiquement dédié à la couverture de la campagne présidentielle sur internet. De même LCI devrait dès septembre donner une place conséquente aux informations fournies par les internautes.

Selon leurs détracteurs, tous ces nouveaux lieux virtuels seront autant de nouveaux murs sur lesquels les militants et citoyens viendront coller leurs textes et vidéos pour diffuser leurs idées plus efficacement encore qu'avec une affiche. A cet égard, la campagne de 2007 marquera une étape durant laquelle les médias participatifs devront faire leurs preuves pour réussir à canaliser et produire collectivement une information de qualité, donnant ainsi tort à ceux qui n'y verraient que des espaces de propagande, et autres moulins à intox.

En 2003, OhMyNews, influent média participatif de Corée du sud, a été crédité d'un rôle primordial dans la victoire de Roh Moo-hyu, l'actuel président. Les équivalents français sont encore jeunes, mais 2007 sera pour eux une belle occasion de se faire connaître plus largement et de se mesurer aux dispositifs spécifiques des médias traditionnels dans ce moment si intense de la vie démocratique française.

Notes

[1] Benoît Desavoye collabore à Netpolitique.net ; il est fondateur de la plateforme de blogging Haut Et Fort, et auteur du livre Les Blogs., le site des phénomènes politiques sur Internet et par Internet.