Pas de billet enflammé cette semaine. J'attire seulement votre attention sur trois sujets, d'importance, à suivre de très près, avec vos commentaires à l'appui. A vos claviers...

1) Le projet de fusion entre Gaz de France et Suez sera discuté cette semaine au Parlement. Or, le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il fait débat, au sein même de la majorité. Devant les réserves d'une partie des députés UMP, le gouvernement a décidé de tâter le terrain en organisant un débat mercredi à l'Assemblée nationale et jeudi au Sénat. Mais, surtout, ce projet de fusion place le chef de l'UMP Nicolas Sarkozy dans une position délicate. Souvenez-vous : lorsqu'il était ministre des Finances en 2004, Sarko avait pris l'engagement que la participation de l'Etat ne descendrait pas en-dessous de 70% du capital du groupe gazier. Or, une fusion n'est pas possible sans renier cette promesse. Vendredi, le Premier ministre Dominique de Villepin s'est dit "déterminé" à mener à bien cette opération et promis la présentation d'un texte au Conseil des ministres fin juin.



2) La CFDT tient son congrès de lundi à vendredi. Dans un contexte difficile, la centrale de Jacques Chérèque tentera, dans un climat apaisé par la victoire sur le CPE, de tourner la page du conflit des retraites de 2003 et de débattre de sujets controversés comme la réforme du contrat de travail et des services publics. Si le secrétaire général est seul candidat à sa succession à la tête du syndicat - comme il y a peu Bernard Thibault à la CGT - il sort pour le moins éprouvé par son premier mandat. Chérèque considère que sans la CFDT aucune réforme n'est possible. Pour autant, 10% des effectifs du syndicat ont quitté le navire depuis le départ de Nicole Notat. Le dossier "services publics" risque d'animer particulièrement les débats.

3) Jeudi, l'Insee et l'Unedic publieront leur bilan respectif des créations d'emplois salariés dans le secteur concurrentiel pour le premier trimestre 2006. La progression au dernier trimestre 2005 avait été modérée (+ 0,1% selon l'Insee, + 0,2% selon l'Unedic qui couvre un champ différent). Les chiffres pourraient susciter des interrogations sur la place du Contrat Nouvelle Embauche (CNE), créé en août 2005 et contesté par les syndicats depuis que son petit frère le CPE a été retoqué. Une évaluation du CNE avait été demandée par le ministre de l'Emploi Jean-Louis Borloo à ses services statistiques pour le mois de juin. Mais la date de sa publication n'est pas encore connue...

A suivre...