Petit énervement contre une proposition de gauche : "il faut conditionner les aides à l'interdiction de délocaliser si les entreprises font des bénéfices" (cherchez l'auteur, par exemple ici). Je ne reviens pas sur l'importance très relative des délocalisations (juste ceci : elles pèseraient 5% des emplois détruits dans l'UE à 15), sur leurs causes, leurs implications, etc, vous trouverez ça en vous baladant sur mon blog. Juste deux problèmes "techniques".

En creux de la proposition, on comprend en effet que si l'entreprise ne fait pas de bénéfice, pas de problème, elle pourra délocaliser. Ceci revient donc à dire : i) attendons que l'entreprise ait bien la tête sous l'eau avant de l'autoriser à bouger ; ii) si une telle mesure est prise, les entreprises faisant des bénéfices feront très vite bouger leurs profits d'une entité à l'autre afin d'apparaître non rentable (un bon comptable suffit).

Comme le dit Salanié, il semble qu'en France "une entreprise doit simplement se maintenir à flot - aller au-delà est le signe de l'existence de rentes de monopole (version sophistiquée) ou d'avidité antisociale (version naïve)".

Je l'ai dit pour Aubade et à d'autres occasions : cela ne signifie pas qu'il ne faille rien faire, mais évitons de dire, ou faire, n'importe quoi, s'il vous plaît…