Depuis que le ministre des Finances a exposé son projet de passage à la retenue à la source pour l'impôt sur le revenu, une certaine confusion se manifeste sur la question de l'année de transition.

Les contribuables vont-ils avoir une année blanche ? La réponse est oui, mais pas en 2008, mais l'année de leur mort ! En effet, chaque Français, lorsqu'il a commencé à travailler, a connu une année faste où il a commencé à percevoir des revenus et n'a pas payé d'impôt. Puis, toute sa vie, il paye ses impôts avec un an de décalage, et l'année de sa mort, ses héritiers doivent payer sur la succession l'impôt de l'année qui reste.

Si on passe à la retenue à la source en 2009, on paiera en 2008 l'impôt 2007, en 2009 l'impôt 2009, et c'est formellement les revenus 2008 qui échappent à l'impôt. Mais, en trésorerie, c'est l'année suivant notre mort que nous réaliserons le gain correspondant ! Bien sûr, en termes de montants, les choses sont plus complexes, car le gain dû au décalage augmente au cours de la vie (notamment pour un salarié) et la reprise de l'avantage par l'Etat est également étalée quand les revenus baissent, notamment au moment du départ à la retraite.

En revanche, il va y avoir des perdants : ceux qui auront été à l'étranger en 2008 : l'année où un "expatrié" quitte la France pour un pays qui pratique la retenue à la source, il paye deux ans d'impôt la même année. L'année où il revient, il a une année sans impôt qui lui permet de "retomber sur ses pieds" (souvent, l'employeur fait l'avance de trésorerie). Mais s'il part avant la réforme et revient après, il n'aura jamais bénéficié de l'année blanche. Espérons que Bercy a la solution, car, sinon, il sera dur pour les entreprises de trouver des candidats à l'expatriation (ou il faudra leur compenser cette pénalisation, mais comme cette somme sera imposable, il faudra faire ce qu'on appelle le "gross up" pour que, net d'impôt et de charges sociales, le salarié retrouve la somme perdue).

Par ailleurs, mais cela a déjà été souligné par tous les commentateurs, il va falloir monter les "usines à gaz" nécessaires pour que tous ceux qui ont la possibilité de décaler leurs revenus ne réalisent pas en 2008 l'année du siècle !

Enfin, et cela a aussi déjà été relevé, il va falloir habituer les Français à donner à leur employeur les renseignements nécessaires au calcul de la retenue, c'est-à-dire l'informer indirectement sur les autres revenus du couple. C'est pour cela que cette réforme a si souvent été étudiée et remise au placard sans suite.