L'article "Ségolène Royal en son jardin" publié par le Monde du 8 février cite le chiffre de 100 millions d'Euros de subventions accordées par la Région Poitou-Charentes à 200 entreprises, ayant permis de créer un millier d'emplois.

Un calcul simple montre que ceci représente 100 000 Euros par emploi créé. Espérons que ces emplois sont durables en effet, car ce montant est considérable. Il montre l'intensité de l'effort national en faveur du plein-emploi pour lequel une mobilisation nationale est à l'œuvre depuis de nombreuses années.

La région Poitou-Charentes n'est pas la seule à investir dans la création d'emplois. Les masses financières en présence sont considérables.

Serait-il possible que l'environnement bénéficie d’une même volonté politique que le plein-emploi ? Un investissement du même ordre de grandeur dans le "verdissement" de l'économie (réduction d'émissions de gaz à effet de serre, analyses et réductions d'impacts, recherche et développement de techniques et produits de bonne gestion environnementale...) conduirait sans doute rapidement à des améliorations sensibles de notre environnement et de celui de nos enfants.

Cet investissement ré-orienté ne serait pas moins créateur d'emplois durables que celui cité plus haut, ou que ceux des autres régions : l'activité éco-économique a de vastes marchés dans les années à venir, en France et à l'exportation. Ce serait une mise en pratique de la notion de "double dividende", et l’économie française en a besoin.