Aller au texte | Aller au menu
Contact | Plan du site |
www.debateco.fr
Espace Presse
Accueil / Diagnostics et propositions / Retraites
Ajouter cette page aux favorisImprimer cette pageDiminuer la taille du texteAgrandir la taille du texte

PropositionsChiffres ClésEnjeuxEclairages internationauxEn bref
Les points de blocageLes réformes en coursEtat des lieux

La réforme des régimes de retraite se heurte à trois types d’écueils :

  • La fiabilité incertaine des scénarios de long terme utilisés pour évaluer l'effort de financement ;
  • La difficulté à trouver un consensus sur ce sujet socialement sensible ;
  • L’absence d’une culture du vieillissement au travail.

Des scénarios hautement évolutifs

Les scénarios d'évolution à moyen et long termes des charges de retraite dépendent de nombreux facteurs dont le principal est l'emploi (via le rapport cotisants / retraités). Les prévisions établies au moment de la réforme de 2003 sont ainsi fondées sur l'hypothèse d'une forte diminution du chômage d'ici 2015, diminution qui, à ce jour, demeure très incertaine.
Les écarts souvent très importants entre les différents scénarios d’évolution possible rendent l’explication de la réforme et la communication autour d’elle particulièrement complexe et malaisée.

Un consensus difficile

Les réformes en ce domaine suscitent de nombreuses résistances, principalement dans le secteur public, car elles remettent en cause certaines situations considérées comme acquises.

  • Il n'est pas aisé pour les pouvoirs publics d’informer et de dialoguer sur des sujets par essence très techniques, ni de mener des changements qui s'échelonnent souvent sur plusieurs années.
  • Enfin, la réforme des retraites cristallise de nombreux enjeux de société : articulation entre choix collectifs et individuels, régime de répartition et de capitalisation, solidarité mais également équité entre les générations et équilibre entre allongement de la vie professionnelle et départs anticipés.

Une culture du vieillissement au travail qui reste à inventer

A la différence de plusieurs de ses partenaires, la France, qui se caractérise par un taux d'activité faible, n'a pas de culture du "vieillissement actif". Or l'allongement de la durée de cotisation rend nécessaire une véritable politique en ce domaine, telle que l'ont par exemple conduite, de manière très volontariste, les Pays-Bas ou la Finlande.

Réagir
( * Veuillez saisir les caractères visibles )


Les réactions

3. mercredi 03 mai 2006, 13:19 rieubon

J'ai 63 ans et je considere que je suis apte à travailler a mis temps ou a temps partiel. Pourquoi ne pas tenter d'inciter certaines entreprises ou services publiques a certains postes d'ailleurs le nombre de fonctinnaires titulaires devrait etre réduit dans des proportions plus importantes de sortes que les besoins soient couvert par les chomeurs a mi temps et les plus de 50 ans/. La solution technique est le PORTAGE salarial ETATISE avec un volet formation pour les chomeurs non qualifies;Le portage c'est une structure juridique qui assure la fonction administrative d'un travailleur qui vend son savoir faire. Le portage etatise est une structure juridique qui assure la fonction administrative du travailleur mais en plus le couvre par une remuneration quand celuioci ne travaille pas. Elle peut également dispenser de la formation en fonction des besoins de l'economie, ou des aides en recherche de travail; exemple : l'économie a besoin d'aides soignantes. On peut former des aides soignante et leur assure un revenu minima, faire appel a des PORTES de plus de 50 ans pour trouver a les reclasser , a la fin de leur formation, et toous ce mondes beneficiant de remuneration minima en cas de non travailo periodique entre deux embauches. Ce systeme fonctionne deja mais il suffit de le generaliser et de lui adjoindre la formation et l'aide a la recherche de travail. Les avantages : -Flexibilite -evolution -economie de fond pour notre PAYS.

2. mardi 14 novembre 2006, 08:32 nahali

La question des retraites représente aujourduit un vrai problème pour la majorité des gouvernemants. c\'est un problème multi-dimentionnels, économique, social, politique et culturel. vous trouvez plus d\'information dans mon blog: http://reformes-retraite.blogspot.com/

1. dimanche 14 janvier 2007, 21:52 NICOLLET

Moi j\'ai commencé à travailler à 17 ans et demi et je ne vois pas pourquoi on nous reculerai le départ à la retraite au delà de 58 ans alors que les fonctionnaires peuvent partir à 55 ans et les jeunes qui commencent à travailler à 30 ans à quel age vont ils avoir leur retraite ?

Trait de plume
A suivre... 31/07/2007
Haut de page | Crédits et copyrights | Mentions légales | Flux RSS