Aller au texte | Aller au menu
Contact | Plan du site |
www.debateco.fr
Espace Presse
Accueil / Diagnostics et propositions / Marché de l'emploi
Ajouter cette page aux favorisImprimer cette pageDiminuer la taille du texteAgrandir la taille du texte

PropositionsChiffres ClésEnjeuxEclairages internationauxEn bref
 

Emploi : propositions

Malgré une amélioration ces deux dernières années, la situation du marché de l’emploi, en France, reste globalement très mauvaise. Le taux de chômage et le taux d’activité restent très supérieurs en France à la moyenne des pays européens. Les inégalités face à l’emploi y sont aussi plus fortes qu’ailleurs, avec un taux de chômage deux à trois fois supérieur à la moyenne nationale pour les plus de 50 ans, les jeunes et les non-qualifiés.

Cette situation est d’autant plus insupportable que les moyens consacrés à l’indemnisation du chômage et aux politiques de l’emploi sont considérables : en 2006, elles ont mobilisé 70 Md€, soit l’équivalent du salaire annuel de 4 millions de salariés payés au SMIC !

Le retour au plein-emploi est possible ; il implique de lutter, simultanément, sur trois fronts.

Proposition 1 : dégripper le marché de l’emploi par un contrat de travail rénové

  • Définir un nouveau contrat de travail indiquant dès l’origine à la fois les causes possibles de rupture et les contreparties de celle-ci (montant des indemnités de licenciement).

Proposition 2 : inciter le salarié à la reprise d’un emploi

  • Substituer aux prestations de l’assurance chômage les indemnités de licenciement versées par l’employeur jusqu’à l’épuisement de celles-ci  - l’assurance chômage prenant ensuite le relais ;

  • Laisser au salarié le bénéfice intégral du solde des indemnités de licenciement en cas de retour rapide à l’emploi.

 Proposition 3 : lutter contre le chômage des travailleurs non qualifiés

  • Favoriser le "travail sans charges" : ne pas imposer les revenus du travail des salariés en formation initiale ; exonérer l’employeur de charges à la première embauche, les quatre suivantes étant soumises à un barème progressif ;

  • Encourager les formations utiles : donner la priorité aux contrats aidés conclus avec le secteur marchand ; indexer le montant des allocations chômage sur l’utilité des formations suivies.

Pour aller plus loin

 

Haut de page | Crédits et copyrights | Mentions légales | Flux RSS