Aller au texte | Aller au menu
Contact | Plan du site |
www.debateco.fr
Espace Presse
Accueil / Diagnostics et propositions / Retraites
Ajouter cette page aux favorisImprimer cette pageDiminuer la taille du texteAgrandir la taille du texte

PropositionsChiffres ClésEnjeuxEclairages internationauxEn bref
ItalieAllemagnePays-BasEtats-Unis

Pays-Bas : priorité au relèvement des taux d'activité

Le système de retraite néerlandais est constitué principalement :

  • D’un régime public, qui verse une pension forfaitaire aux résidents ;
  • De fonds de pension organisés sur une base professionnelle, auxquels s’ajoute  une épargne retraite individuelle.

Un système à deux étages

Le régime de base universel est financé par des cotisations, prélevées principalement sur les revenus du travail, et indexé sur le salaire minimum. Il bénéficie à tous les résidents âgés de 65 ans ou plus, sans condition de ressources ni d'activité.
Des régimes professionnels séparés couvrent les salariés du secteur public et de certaines entreprises, professions ou branches. L'originalité du système néerlandais tient au fait que ces régimes couvrent 90% des actifs. La plupart d'entre eux disposent de réserves importantes, investies en obligations et en actions, aux Pays-Bas et à l'étranger. Ils assurent une prestation en fonction des derniers salaires perçus.

La constitution de fonds de réserves

Les réserves des régimes professionnels et un relèvement complémentaire des cotisations devraient permettre d’absorber la hausse prévue de la masse des pensions publiques et des pensions professionnelles dans les décennies à venir. L'Etat, qui s'est désendetté depuis les années 1990, a également accru ses marges de manœuvre budgétaire pour le financement des retraites publiques, afin de limiter à l'avenir les hausses de cotisations.

Une politique volontariste de relèvement des taux d'activité

Enfin, les Pays-Bas ont engagé une politique volontariste de relèvement des taux d'activité des seniors, qui a commencé à produire des effets significatifs : remise en cause des avantages fiscaux des dispositifs de préretraites, restriction du dispositif d'invalidité et politique de retour à l'emploi, augmentation significative des pensions en cas de prolongation de l'activité, programmes de promotion des seniors à l'attention des employeurs, baisse de charges en cas d'embauche de travailleurs âgés de plus de 55 ans… Entre 1997 et 2001, le taux d'emploi des 55-64 ans a ainsi augmenté de 8%.

Réagir
( * Veuillez saisir les caractères visibles )


Les réactions

Trait de plume
A suivre... 31/07/2007
Haut de page | Crédits et copyrights | Mentions légales | Flux RSS