Aller au texte | Aller au menu
Contact | Plan du site |
www.debateco.fr
Espace Presse
Accueil / Diagnostics et propositions / Marché de l'emploi
Ajouter cette page aux favorisImprimer cette pageDiminuer la taille du texteAgrandir la taille du texte

PropositionsChiffres ClésEnjeuxEclairages internationauxEn bref
Royaume-UniNouvelle ZélandeEtats-UnisDanemark

Royaume-Uni : priorité au retour à l'emploi

Avec un taux de chômage parmi les plus faibles des pays membres de l’OCDE (aux alentours de 5%), le Royaume-Uni possède aujourd'hui un marché du travail très actif. La croissance économique, nettement plus forte ces vingt dernières années que dans les autres grands pays européens, a favorisé la création de nombreux emplois.

Le primat du "welfare to work"

Le dynamisme de l'économie britannique est la première cause de la bonne tenue du marché de l'emploi, mais les réformes structurelles ont également contribué à réduire le chômage.
Comme au Danemark, des mesures d'"activation" ont été mises en place pour aider les chômeurs dans leur recherche tout en assurant assez rapidement leur participation à des dispositifs de retour à l’emploi.
Le service public de l'emploi, qui a mis en place en 2002 un guichet unique pour toutes les personnes en âge de travailler, "Jobcenter Plus", établit un lien étroit entre le versement des allocations et la recherche d'un emploi. C’est le principe du "Welfare to work", qui assure la prééminence de la recherche d'emploi sur le régime d'assistance. 
Complété par l'introduction du "New Deal", qui apporte un soutien universel aux bénéficiaires de prestations de chômage de longue durée, ce dispositif a contribué à la quasi disparition du chômage de longue durée chez les jeunes, et à sa réduction des trois quarts chez les adultes depuis 1997.

Si la bonne tenue du marché de l’emploi au Royaume-Uni tient surtout au dynamisme de l’économie, les réformes structurelles engagées ces dernières années ont également contribué à réduire significativement le chômage.
Comme au Danemark, des mesures d'"activation" ont été mises en place pour assurer rapidement le retour à l’emploi des chômeurs tout en les aidant activement dans leurs recherches. En 2002, le service public de l'emploi a mis en place un guichet unique pour toutes les personnes en âge de travailler, "Jobcenter Plus", afin d’établir un lien étroit entre le versement des allocations et la recherche d'un emploi. C’est le principe du "Welfare to Work", qui assure la prééminence de la recherche d'emploi sur le régime d'assistance. Ce dispositif a été complété par l'introduction du "New Deal", qui apporte un soutien universel aux bénéficiaires de prestations de chômage de longue durée.
Ce dispositif a contribué à la quasi disparition du chômage de longue durée chez les jeunes, et à sa réduction des trois quarts chez les adultes depuis 1997.

La lutte contre les discriminations

Afin d’améliorer l’emploi des seniors, le Royaume-Uni a également lancé une campagne de lutte contre la discrimination par l'âge :  "Age Positive". Depuis, le taux d'emploi des seniors est en progression constante et s'élève aujourd’hui à 55% (contre 38% en France).

Réagir
( * Veuillez saisir les caractères visibles )


Les réactions

3. vendredi 02 juin 2006, 10:29 jules2200

Vu sur le site http://www.actuchomage.org Plus d'emplois créés en France qu'en Angleterre en 15 ans En quinze ans, de 1990 à 2005, la France a créé davantage d'emplois (2 520 000 : +11,25%) que l'Angleterre (1 520 000 : +5,82%). Le modèle libéral britannique n'est donc pas supérieur au modèle social français. Les deux pays ont une population totale équivalente (60 millions d'habitants) et une population en âge de travailler voisine (37 millions). La population active (ayant un emploi ou au chômage) est un peu plus importante en Angleterre qu'en France (29 contre 27,6 millions). De 1990 à 2005, la France a créé 2 520 000 emplois (+11,25%) contre 1 520 000 au Royaume Uni (+5,82%). Dans le même temps, la population en âge de travailler (de 15 à 59 ou à 64 ans) a augmenté d'une valeur équivalente dans les deux pays. ... Pour résumer, devant une augmentation semblable de la population en âge de travailler dans les deux pays, la population active a beaucoup diminué en Grande Bretagne (1 210 000) du fait d'un retrait massif d'activité (préretraites et surtout invalidité), permettant une diminution du chômage de 580 000 personnes. En France, la population active a davantage augmenté que la population en âge de travailler (690 000) du fait d'une importante demande d'emploi, entraînant une augmentation du chômage de 520 000 personnes. Ainsi, si la différence dans le nombre de chômeurs a augmenté en quinze ans entre la France et l'Angleterre, cela n'est pas du aux prétendus mérites du modèle libéral britannique mais à la mise à l'écart d'une partie importante de la population active. Les chômeurs ont surtout été transformés en invalides. ... Un emploi à temps partiel dont la durée moyenne est de 23,2 heures en France et de 15,7 heures en Angleterre n'a pas la même valeur qu'un emploi à temps plein dont la durée moyenne est de 39,0 heures en France et de 37,2 heures en Angleterre. L'emploi à temps partiel est beaucoup plus développé en Angleterre, avec des salaires réduits en conséquence. En 2005, 25,5 % des emplois anglais sont à temps partiel comparé à 17,2 % des emplois français. ... Le nombre d'heures travaillées chaque semaine (environ 910 milliards) est identique en France et en Grande Bretagne, malgré un nombre d'emplois différent. Cela s'explique encore mieux en comparant la durée réelle du travail (ensemble des emplois à temps complet et à temps partiel) : 31,72 h en Angleterre et 36,28 h en France (par semaine). Les statistiques sont plus tenaces que certains discours. Voir plus de détails, avec tableaux statistiques, à cette adresse : http://travail-chomage.site.voila.fr/britan/emploi_15ans.htm (le texte complet peut être imprimé ... pour en faire bon usage d'ici 2007). Un autre article est en préparation "Durée du travail : 32 heures en Angleterre" sur le même site : http://travail-chomage.site.voila.fr/index2.htm

2. dimanche 11 juin 2006, 22:51

Vu sur le site http://www.actuchomage.orgDurée du travail : 32 heures en Angleterre La durée moyenne du travail, pour l'ensemble des emplois à temps complet et à temps partiel, est de 32 heures par semaine en Grande Bretagne et de 36,28 heures en France. Ainsi, les français travaillent quatre heures de plus que les anglais chaque semaine. La durée moyenne du travail en Angleterre est de 32 heures par semaine pour l'ensemble des personnes actives occupées : salariés (employee), indépendants (self-employed), aides familiaux de l'agriculture ou du commerce et autres personnes. En valeur ajustée des variations saisonnières, la durée hebdomadaire est en moyenne de 32,1 heures pour l'ensemble des travailleurs britanniques, soit : 37,2 heures pour l'emploi à temps complet, 15,7 heures pour l'emploi à temps partiel. Une proportion non négligeable des emplois anglais ont une durée inférieure à quinze heures par semaine et même à six heures par semaine. Pour le même coût, vous avez six travailleurs au lieu d'un, ce qui améliore les statistiques de l'emploi et diminue, en apparence, l'importance du chômage. ... Les laudateurs du libéralisme économique voudraient nous faire croire que l'importance du chômage en France est due à la faible durée du travail dans notre pays. Le discours souvent répandu est aussi de faire croire que l'on ne travaille que 35 heures en France contre beaucoup plus dans les pays qui "réussissent" dans la lutte contre le chômage. La durée du travail n'est pas de 35 heures par semaine en France mais de 39,0 heures pour le travail à temps complet ou de 36,3 heures en moyenne pour l'ensemble des emplois à temps complet et à temps partiel. En effet, la durée moyenne des emplois à temps partiel est de 23,2 heures et ceux-ci représentent 17,2 % de l'emploi total. Le calcul se fait donc en tenant compte de l'importance relative de chaque type d'emploi. ... Mais, dirons les libéraux, avec tous ces congés payés et ces jours fériés, les français travaillent moins sur l'année entière que les anglais. Et bien non, la différence est seulement d'une semaine de congés payés et de trois jours fériés en moins en Angleterre, lorsque les jours fériés sont en semaine (ni samedi, ni dimanche). Sur l'année, pour 45,4 et 47,0 semaines respectivement, la durée moyenne est : - en France : 36,3 h x 45,4 = 1 648 heures annuelles, - en Angleterre : 31,7 h x 47 = 1 489,9 heures annuelles, soit 10,6 % de moins. Pour les seuls emplois à temps plein, vision partielle (partiale) de la réalité, nous avons : - en France : 39,0 h x 45,4 = 1 770,6 heures annuelles, - en Angleterre : 37,2 h x 47 = 1 748,4 heures annuelles ... Plus de précisions à cette adresses : http://travail-chomage.site.voila.fr/britan/32h.htm (le texte complet peut être imprimé ... ). ---- http://www.actuchomage.org http://travail-chomage.site.voila.fr/britan/32h.htm

1. jeudi 19 octobre 2006, 18:09 pascal boris

Le Cercle d\'outre-Manche vient de publier un deuxiéme rapport \"My neighbour is rich - ou comment la France peut s\'inspirer d\'Albion pour accélérer son retour à l\'emploi et à la croissance\". Les rapports et les articles de presse, entretiens et tibunes libres sont disponibles en ligne sur le site: http://www.cercledoutremanche.com

Haut de page | Crédits et copyrights | Mentions légales | Flux RSS