Aller au texte | Aller au menu
Contact | Plan du site |
www.debateco.fr
Espace Presse
Accueil / Diagnostics et propositions / Enseignement scolaire
Ajouter cette page aux favorisImprimer cette pageDiminuer la taille du texteAgrandir la taille du texte

PropositionsEnjeuxEclairages internationauxEn bref
SuèdeRoyaume-UniHongrie

Hongrie : une redéfinition du rôle des acteurs

La transformation du système scolaire hongrois a commencé dès 1985, mais ce n'est qu'à partir de 1990 qu'elle a pu se déployer sans contrainte. La décentralisation dans la gouvernance des établissements scolaires s'est accompagnée d'une forte revalorisation de la condition des enseignants, assortie d'une redéfinition de leurs charges de service.

La décentralisation de la gouvernance des établissements scolaires

En 1990, la loi sur l'autogestion a transféré la propriété des écoles aux collectivités locales (comtés). Ce sont elles qui ont désormais la charge de mettre en œuvre l'"accès à l'éducation primaire gratuite et obligatoire" prévu par l'article 70 de la Constitution de 1997 (lequel  stipule que "l'enseignement secondaire et supérieur [doit être accessible] à tous sur la base des capacités des personnes par le biais d'une aide financière aux étudiants").

La réforme a permis de décentraliser la gestion des établissement scolaires. Désormais : 

  • Toute personne physique ou morale a le droit de créer et de diriger un établissement scolaire (loi générale sur l'éducation de 1993).
  • Les conseils d'administration des écoles sont dotés de larges attributions en matière d'organisation, de fonctionnement et de définition des programmes pédagogiques. Ces orientations doivent cependant être validées par les collectivités locales, qui nomment également les directeurs des écoles et votent le budget des établissements.
  • Enfin, les collectivités locales exercent un suivi financier et pédagogique régulier de l'activité des établissements.

La revalorisation de la fonction enseignante

En 1992, les enseignants ont acquis le statut de fonctionnaire. C'est le début d'une période d'amélioration substantielle de leur situation en même temps que d'une définition plus précise de leurs charges de service.

  • Dès cinq ans d’ancienneté, chaque enseignant devient fonctionnaire et relève ainsi d’un cadre réglementaire distinct de celui du secteur privé. Néanmoins, il ne bénéficie pas de l'emploi à vie et peut être licencié par l'établissement qui l’emploie en cas de suppression de poste.
  • Le recrutement des enseignants se fait par un système d'annonce strictement contrôlé. La sélection des candidats relève du seul choix des établissements. Les enseignants peuvent quitter leurs fonctions moyennant un préavis de deux mois.
  • La charge de travail des enseignants du secondaire est de 20 séquences de 45 minutes par semaine sur 37 semaines de 5 jours (Public Education Act de 1993). Néanmoins, les enseignants sont tenus d’être présents dans l’établissement tout au long de la semaine. En dehors des cours, les heures dues sont utilisées pour la supervision des élèves et le travail d'équipe (définition du projet de l'école, interdisciplinarité, etc).
  • A partir de 1996, les enseignants bénéficient d’un capital de formation continue, à raison de 120 heures obligatoires par tranche de sept ans. Dans le même temps, un système de bonus, destiné à stimuler l'engagement des enseignants, est mis en place. 77% des établissements hongrois jugent ainsi l'efficacité des enseignants sur la base des résultats de leurs élèves à des tests élaborés par des experts.
  • Enfin, la revalorisation des rémunérations des enseignants a été très substantielle (+ 50% en 2002). L'objectif est d'atteindre, en 2006, un niveau égal à 125 % du salaire moyen hongrois.

Réagir
( * Veuillez saisir les caractères visibles )


Les réactions

Haut de page | Crédits et copyrights | Mentions légales | Flux RSS