Aller au texte | Aller au menu
Contact | Plan du site |
www.debateco.fr
Espace Presse
Accueil / Diagnostics et propositions / Marché de l'emploi
Ajouter cette page aux favorisImprimer cette pageDiminuer la taille du texteAgrandir la taille du texte

PropositionsChiffres ClésEnjeuxEclairages internationauxEn bref
L’emploiLe chômagePolitique de l'emploi

Le chômage

1. Un taux de chômage qui se stabilise à un niveau élevé

Depuis les années 1970, le chômage augmente régulièrement en France et reste aujourd’hui plus élevé que dans la plupart des grands pays industrialisés.



Voir la comparaison internationale de l'évolution du taux de chômage des 25-54 ans entre 1990 et 2005.

 

2. Le phénomène persistant du chômage des jeunes

Les jeunes ont été les plus touchés par l’augmentation du chômage. Depuis le début des années 1990, le taux de chômage des moins de 25 ans n'est jamais descendu en deçà de 17%. Il s'établit aujourd'hui à 21,3%, soit treize points au-dessus de la moyenne nationale.



3. Une proportion élevée de chômeurs de longue durée

La France compte également parmi les pays les plus mal classés en matière de chômage de longue durée. Seules l’Italie et l'Allemagne affichent de plus mauvais résultats.



Réagir
( * Veuillez saisir les caractères visibles )


Les réactions

1. jeudi 18 mai 2006, 01:53 jules2200

Le vrai chômage, en France et en Europe. En premier lieu, il faudrait une mesure exacte du chômage, ni cache misère, ni démagogique. En second lieu, il ne faut pas croire que certains pays dont on parle beaucoup pour vanter le libéralisme ont des taux effectifs de chômage plus faibles que les nôtres car, si j'ai bien compris des informations trouvées à différentes sources, même une étude économique d'une banque, dans ces pays plus de la moitié les chômeurs ont été transformés en invalides et ainsi rayés des statistiques. Entre autre, j'ai trouvé ceci : 5 848 000 chômeurs "équivalent temps plein" en 2005 Un dossier intéressant vu sur un autre site ( http://www.actuchomage.org ) La moyenne annuelle en 2005 est de 5 848 000 chômeurs "équivalent temps plein" sur une population active occupée (ayant un emploi) de 24 921 000 personnes. La population active totale (occupée + chômeurs officiels) est d'environ 27 600 000 personnes (Insee, mais le mode de calcul varie selon les sources). En rétablissant les "dispensés de recherche d'emploi" qui sont en réalité des chômeurs, et donc des actif, la population active effective est d'environ 28 000 000 de personnes (chiffres à affiner). Ainsi, le taux réel de chômage (en équivalent temps plein) est de 20,9% Mais rassurez-vous, les pays comme le Danemark à la mode, la Grande-Bretagne, les Pays-Bas ... qui affichent de très faibles taux de chômage officiel ne font pas mieux. Mais ils font autrement et sont moins honnêtes que nous. Pour commencer, plus de la moitié des chômeurs ont été transformés en "invalides" dans les années 1991-1993 et le système a continué sur sa lancée. Des études de l'OCDE de 1995 et 1998 indiquent que dans plus de la moitié des 23 pays étudiés, le nombre d'invalides était supérieur au nombre de chômeurs inscrits. Et une partie seulement des chômeurs est inscrite dans les statistiques officielles. Au Danemark par exemple, vous n'êtes chômeur que la première année. Ensuite, vous êtes "en activation" et vous disparaissez des statistiques. Et l'assurance chômage étant facultative, dans un système de caisses privées, gérées en fait par les syndicats (ce qui explique un taux de syndicalisation de 78%), plus de 20% des chômeurs n'ont pas cette intéressante allocation pouvant atteindre 90% de l'ancien salaire (plafonné). Il leur reste l'aide sociale, un peu comme l'ASS ou le RMI. Voir le détail des calculs à cette adresse : http://travail-chomage.site.voila.fr/chomage/chom_reel2005.htm Chômage officiel et chômage réel en 2005 Les données officielles minimisent beaucoup l'importance du chômage. Voici un calcul précis et très révélateur du chômage réel Explication : Les chômeurs des catégories 1 à 3 sont des chômeurs à temps plein (aucun travail ou négligeable), ceux des catégories 6 à 8 sont des chômeurs à mi-temps (ayant travaillé plus de 78 heures dans le mois), donc des travailleurs à mi-temps (à distinguer des emplois à temps partiel). Les emplois en C.E.S. (20 heures par semaine) sont des demi-emplois, donc des demi-chômeurs (20/39e d'emploi). Les emplois à temps partiel représentent 23,2/39e d'un emploi complet (durée moyenne de 23,01 heures / semaine) et 17,2% des 22 200 000 salariés sont à temps partiel. La durée réelle moyenne de travail à temps plein est de 39,00 heures (enquête emploi), soit un horaire affiché de 35,65 heures (horaire officiel) auquel s'ajoutent les heures supplémentaires. Pour le modèle anglais, voir aussi sur le site : http://travail-chomage.site.voila.fr/index2.htm et aussi : La situation n'est pas mieux en Grande-Bretagne, aux Pays-Bas, au Danemark, en Suisse .... Les chiffres sont encore plus tronqués que chez nous, ce qui leur permet d'afficher de belles statistiques : - dans les années 1991-1993, ils ont mis en place un système qui écarte plus de la moitié des chômeurs en les transformant en invalides (WAO en Hollande ...) qui bien sûr ne sont plus comptés comme chömeurs, - au Danemark, à la mode, vous êtes comptés comme chômeur la première année, ensuite vous êtes "en activation" et n'êtes plus comptés comme chômeur - pour l'Angleterre, c'était expliqué ici (un peu ancien, mais le principe ne doit pas avoir changé) : Le modèle libéral britannique : emploi et chômage avec un lien ici : http://travail-chomage.site.voila.fr/ancien/model_brita.htm

Haut de page | Crédits et copyrights | Mentions légales | Flux RSS