Aller au texte | Aller au menu
Contact | Plan du site |
www.debateco.fr
Espace Presse
Accueil / Diagnostics et propositions / Réforme de l'Etat
Ajouter cette page aux favorisImprimer cette pageDiminuer la taille du texteAgrandir la taille du texte

PropositionsEnjeuxChiffres ClésEclairages internationauxEn bref
 

+23,7% : c'est la croissance des effectifs de la fonction publique depuis 1982.

44% : c'est la part des dépenses de personnel dans le budget de l'Etat en 2005.

60 000(contre 37 000 en 1995) : c'est le nombre de fonctionnaires de l'Etat qui partiront à la retraite en 2006. 




D
epuis vingt ans, l'administration a vu son environnement profondément évoluer. S’y adapter n’a pas été sans difficultés. Aujourd’hui, la réforme de l’Etat doit agir sur plusieurs fronts : 

  • Simplifier les structures administratives
  • Maîtriser le nombre de fonctionnaires,
  • Moderniser la gestion de ses ressources humaines
  • Développer une culture d'évaluation et de performance.

Des actions ont déjà été entreprises en ce sens, pour développer l'administration électronique, décentraliser, adapter l’administration française au droit communautaire, simplifier et réformer la gestion des ressources humaines. La mise en place de la Loi Organique relative aux Lois de Finances (LOLF) a également permis un meilleur contrôle des dépenses.

Mais ce n’est qu’un début : le mouvement de réformes devra fortement s’amplifier dans les années à venir pour renforcer la transparence et l'efficacité de l'action publique.

 

Certains de nos partenaires nous indiquent la voie à suivre. Des réformes importantes, souvent initiées par une modernisation des mécanismes budgétaires, ont été engagées au Canada (en particulier au Québec), en Suède, ou encore aux Etats-Unis. Elles se sont traduites par un meilleur service aux usagers, sans qu'aucun modèle administratif n'ait perdu son identité propre.



 

Réagir
( * Veuillez saisir les caractères visibles )


Les réactions

55. dimanche 26 mars 2006, 12:19 JOLAIN

Pourquoi n'évoquer que la période 1982-2006 dans l'accroissement des effectifs de la fonction publique, alors que la première impulsion a été donnée durant le septenat de Valéry Giscard d'Estaing. 700 000 fonctionnaires en plus durant la période 1974-1981. Un chiffre aisément vérifiable!

54. dimanche 26 mars 2006, 13:03 Evain

Oui, bravo pour ces propositions ! mais le temps ne presse même plus: la france est au bord du gouffre et il faut faire prendre conscience aux jeunes des réalités économiques que Médias, livres scolaires et statistiques publiques tronquent à longueur de temps depuis 30 ans ! Il vous faut une plus large audience de ce fait puisque la moindre réformette de l'état est bloquée par la rue sur base d'arguments faux économiquement: comment faire ?

53. dimanche 26 mars 2006, 20:37 Candide

D'accord pour une modernisation des services publics. Néanmmoins , il est un peu trop facile de dire que ceux ci sont inéfficaces alors qu'on n'arrête pas de diminuer leur crédit de fonctionnement. Un service public doit il être dans une logique de rentabilité ? c'est davantage un choix de société à mener qu'une question économique....

52. mardi 28 mars 2006, 17:31 Djiheldé

A Candide, Il est inexact de parler de réduction budgétaire permanente ... Les dépenses publiques françaises représentent selon les années 50 à 55 % du PIB, parmi les proportions les plus élevées au monde, plus que la Suède, avec moins de résultat. L'exemple est donné par l'enseignement dont le poste budgetaire croit et 30% des enfants continuent de sortir sans diplôme. Si un service public n'a pas vocation à être rentable, il n'a pas vocation non plus à gacher de l'argent (dont les conséquences sont la pauvreté et le chomage). Il doit être "au top". Le modèle de société avec des services publics peu soucieux de performance, c'est l'URSS et son niveau de vie. Tony Blair écrivait que la privatisation de services publics avait contribué à l'amélioration de l'ensemble des services publics par effet d'emulation ...

51. mercredi 29 mars 2006, 13:41 Julien

D'après Djiheldé : Tony Blair écrivait que la privatisation de services publics avait contribué à l'amélioration de l'ensemble des services publics par effet d'emulation ... - Heu, excusez moi du peu, mais dans les faits, la privatisation des services publics n'a toujours eu comme conséquence que l'augmentation des tarifs accompagné d'une dégradation des services proposées (autoroutes françaises, électricité américaine, chemin de fer britannique, renseignements téléphoniques, etc). Je serai curieux de voir où sont les améliorations (= réforme dans tous les dictionnaires [on oublie trop souvent le sens des mots, mais sans doute est ce voulu de certains tel que les médias et hommes politiques]) ? Ha oui, je l'avais oublié, aux quelques individus proches du pouvoir qui ont réussi à sa faire de l'argent sur le dos des autres. Si au moins c'était des scop qui reprenaient les services en questions, mais non même pas.

50. samedi 01 avril 2006, 09:00 ABK6

le rapport Pebereau demande de geler l'embauche de fonctionnaires. En 15 ans la réduction opérée ailleurs a été de -20% Allemagne et Canada. -22% en Australie . -42% en Suède ! -plus de 50% en Finlande et LEUR chômage a baissé MASSIVEMENT ! En France,les fonctionnaires gagnent en moyenne 14% de plus que le salarié du Privé. Ils partent à la retraite en moyenne 4 ans avant un salarié du Privé et reçoivent une pension 70% plus élevée que dans le privé puisque généreusement calculée sur les dernières années d'activité. Depuis l'arrivée de la Gauche en 1981, le nombre de fonctionnaires a progressé de : 24% et notre déficit, qui finance leur salaire et leur retraite va croissant. Aussi est-il patent que notre seule chance de sortir de l'endettement nos enfants dans l'avenir est de profiter du DEPART en retraite de 148.000 fonctionnaires en 2007 et 2008 ( sur un sureffectif de 500.000 !) pour arréter l'hémorragie des dépenses. Quand on sait que dans 3 départements : IL Y A PLUS DE FONCTIONNAIRES de l'AGRICULTURE que d' AGRICULTEURS !! ça doit être possible d' ELAGUER !

49. dimanche 02 avril 2006, 15:22 Tomtit

Je vous soumet une information intéressante "évitée ou cachée" par notre presse "nationale" ; elle provient d'Euronews en date de 30/03/06 : Le gouvernement socialiste du premier ministre Jose Socrates a annoncé jeudi la suppression d'un tiers des organismes ou instituts d'Etat actuels soit 187 administrations sur 518. Ce programme fait partie d'une série de mesures visant à réduire les déficits publics. Teixeira dos Santos, le ministre des Finances a défendu sa réforme. "Elle ne vise pas à licencier des fonctionnaires mais à améliorer l'efficacité de l'administration," dit-il. Le ministre a refusé de préciser le nombre de fonctionnaires touchés par ces mesures mais selon lui certains vont devoir bouger vers d'autres services. Les syndicats et notamment celui des Cadres de l'Etat représenté par Bettencourt Picanço "exigent des éclaircissements et demandent à être consultés afin que les préoccupations des travailleurs soient prises en compte". La presse portugaise estime elle qu'au moins 15% des 500 000 agents de l'Etat pourraient être concernés. Les administrations les plus touchées seront la présidence du Conseil des Ministres qui perd 38 organismes, suivi des ministères de l'Economie, du Travail et de la Santé. Qui (et Quand) réalisera quelque chose d'équivalent en France qui en a bien besoin?

48. dimanche 02 avril 2006, 18:36 SOCRATE

La France entretient avec sa fonction publique un rapport ambivalent :elle est régulièrement décriée;et parallèlement nos élus se battent pour maintenir sa localisation dans la moindre commune ;avec pour brocher sur le tout les français qui rêvent de voir leur progéniture entrer ...dans la fonction publique .Il nous faut concilier ces données sociétales mais avant tout donner un avantage comparatif aux managers publics qui prennent de vrais risques .Le "pas de vague " étant un formidable destructeur

47. lundi 03 avril 2006, 17:35 Ncreator

Je suis d'avis avec la majorité pour réduire les postes de fonctionnaires. Je ne pense pas qu'il faille privatiser le secteur, ce que craint julien, mais le gérer comme une entreprise : GESTION DU BUDGET, DES RESSOURCES, ETAT DU RESULTAT ET DES OBJECTIFS ATTEINTS. Concernant l'état en général, je pense qu'il faut absolument arriver à un système où l'on sache d'où vient et où va l'argent. Bref il faut que l'état redevienne RESPONSABLE ! Et pour cela il faut des comptes clairs et consutables par n'importe quel citoyen (via internet et/ou dans les mairies). Pour une démocratie plus riche, il faut plus de référundums. Il permet d'engager un débat national et responsabilise le citoyen (cf le referundum sur la constitution. P.S : J'ai voté oui... )

46. mercredi 05 avril 2006, 14:26 lephil

Avant de parler de diminuer les postes de la fontion publique, il faudrait peut être savoir quels postes ? Car c'est toujours la même chanson, les donneurs d'ordres (Les petits chefs) ne s'appliquent jamais à eux même la recette à ceux qu'ils veulent faire aux autres. Il faudrait déjà savoir le nombre de fonctionnaires par catégorie A,B,C et leurs fonctions respectives. C'est plus faciles de diminuer des postiers que de hauts fonctionnaires, alors que les postiers font un boulot utile et pas facile pour les autres !....

Haut de page | Crédits et copyrights | Mentions légales | Flux RSS