Aller au texte | Aller au menu
Contact | Plan du site |
www.debateco.fr
Espace Presse
Accueil / Diagnostics et propositions / Assurance maladie
Ajouter cette page aux favorisImprimer cette pageDiminuer la taille du texteAgrandir la taille du texte

PropositionsEclairages internationauxEnjeuxChiffres ClésEn bref
Le contrôle des dépensesLa structure des dépensesLes dépenses de santé

Les dépenses de santé

1. L'augmentation tendancielle des dépenses de santé

Tous les pays développés connaissent une augmentation tendancielle de leurs dépenses de santé. En consacrant 10,1% de son PIB à la dépense totale de santé, la France se place derrière les Etats-Unis (15%) mais devance l'Italie (8,4%) et le Royaume-Uni (7,7%).



Voir l'évolution de la dépense de santé par habitant (comparaison internationale)

2. Une forte accélération depuis 2000

Depuis la fin des années 1990, la dépense totale de santé connaît, en France, une très nette accélération. Depuis 2000, son taux de croissance annuel est supérieur à 5%.



3. Un financement très largement socialisé

En 2004, 77% de la dépense courante de soins et de biens médicaux étaient financés par la Sécurité sociale, contre seulement 9% par les ménages. La France compte parmi les pays de l'OCDE dont le taux de socialisation des dépenses de santé est le plus élevé.



Réagir
( * Veuillez saisir les caractères visibles )


Les réactions

2. samedi 29 juillet 2006, 13:09 Jean

Ces tableaux sont très intéressants, ils montrent en particulier que : 1/ les dépenses de santé en France oscillent depuis plus de dix ans dans les mêmes valeurs : il n'y a donc pas de dégradation majeure, s'il y a problème c'est surtout du côté des recettes, réduites par a/ un chômage de masse ; b/ une non taxation des revenus financiers au même niveau que les revenus salariaux ; 2/ les dépenses particulièrement élevées aux USA, dont le système de santé réunit a/ une extrême inégalité devant les soins ; b/ une particulière inefficacité générale au vu des statistiques de résultats par rapport aux autres pays ; 3/ qu'il ne faut pas négliger que réduire les dépenses de santé serait du même coup réduire le PIB, car celles-ci correspondent à de multiples productions, génératrices de richesses, à des emplois, générateurs de cotisations sociales. Les solutions ne sont donc pas à cherche, comme c'est voulu aujourd'hui, dans la réduction "comptable" des dépenses de santé : il y a beaucoup mieux à faire dans la recherche, la formation, la prévention... Je ne parle même pas de la position particulièrement "avantageuse" des laboratoires pharmaceutiques !

1. samedi 13 janvier 2007, 14:56 and

Comment expliquer le décalage entre le TROU de la sécu et le patrimoine immobilier colossal des mutuelles ? Comment expliquer que l\'état dépense autant pour son train de vie ? Comment epliquer que le revenu des professions de santé est en baisse constante ?

Haut de page | Crédits et copyrights | Mentions légales | Flux RSS