Si ce message ne s'affiche pas correctement, veuillez cliquer ici
Actualités
4 décembre 2006

Communiqué de presse, 4 décembre 2006


Pour François Bayrou, la priorité est le retour à l’équilibre des finances publiques.

Interviewé par Débat 2007.fr sur les réformes à engager en 2007, le président de l’UDF affirme qu’il faut avoir le courage de poser la question de la dette : "c’est une grenade posée sous notre chaise".

Débat 2007.fr a interviewé François Bayrou mercredi 29 novembre 2006 sur trois enjeux clés du prochain quinquennat : les dépenses publiques, la réforme de l’Université et la lutte contre le chômage.
>> Visualisez l'interview

  • Sur la question de la dépense publique, le président de l’UDF s’est clairement opposé à ceux qui prônent une baisse de la pression fiscale à court terme pour relancer l’économie ; la RESTAURATION RAPIDE DES COMPTES PUBLICSs’impose – sinon ce sera "l’asphyxie progressive".
          •
      Il faut tout d’abord "avoir le courage de poser la question de la dette".
    En effet, si l’on ne fait rien, la dette va continuer à se creuser au rythme actuel de 50 Md€ par an. Une hausse des taux, même modeste, alourdirait encore la facture ; "c’est une grenade posée sous notre chaise".
          •  Ensuite, il faut agir rapidement.
    A un HORIZON DE 3 ANS, IL FAUT AU MINIMUM STOPPER LA PROGRESSION DE LA DETTE EN VOLUME, ce qui implique de réduire de moitié le déficit budgétaire. "Un pays ne peut durablement dépenser 20% de plus que ce qu’il a dans ses caisses". Cette rigueur budgétaire doit s’accompagner d’efforts ciblés en faveur des dépenses utiles pour l’avenir – la recherche et l’éducation. 


  • Interrogé sur les deux enjeux liés de l'orientation et de la sélection à l'entrée de l'Université, François Bayrou a rappelé qu’il avait fait voter une loi instaurant l’orientation à l’entrée de l’université (qui est d’ailleurs à l’origine de la semestrialisation des études universitaires) – mais que cet objectif était aujourd’hui assez largement abandonné.
    Mais IL Y A PLUS IMPORTANT ENCORE QUE L'ORIENTATION, C'EST L’ADEQUATION AVEC LE MARCHE DU TRAVAIL. "Le drame, c’est que les familles en sont restées à l’idée qu’un diplôme = un emploi. Or il y a longtemps que c’est faux". Il faut penser en deux temps : quelles études puis quelle formation professionnelle ?


  • Sur ce thème de la lutte contre le chômage, François Bayrou propose que chaque entreprise puisse créer deux emplois presque totalement exonérés de charges. Pour lui, plusieurs centaines de milliers d’emplois pourraient être créés mais ne le sont pas en raison de leur coût trop élevé pour les entreprises. Le mérite de sa proposition est qu’elle est simple, compréhensible par tous et d’effet immédiat. Sa mise en œuvre permettrait de trancher une question fondamentale : Y-A-T-IL OU NON DES RESERVES D'EMPLOIS NON EXPLOITEES EN RAISON DE LEUR COUT ?

>> Visualisez l'interview

Contact presse
Ariane Selinger
06 86 55 08 69
aselinger@idep.net

 

Vous recevez ce message car vous êtes inscrit sur la lettre d’information de Débat 2007.fr.
Pour vous désinscrire de la liste, répondez à ce message en précisant votre adresse mail.