Aller au texte | Aller au menu
Contact | Plan du site |
www.debateco.fr
Espace Presse
Accueil / Diagnostics et propositions / Marché de l'emploi
Ajouter cette page aux favorisImprimer cette pageDiminuer la taille du texteAgrandir la taille du texte

PropositionsChiffres ClésEnjeuxEclairages internationauxEn bref
 

Revenir à l'article

 

 

Proposition 1 : dégripper le marché de l’emploi par un contrat de travail rénové

Il faut d’abord dégripper le marché de l’emploi par la mise en place d’un nouveau contrat de travail. Ce contrat de travail devra préciser dès l’origine les conditions de sa rupture, à la fois sur la forme (procédure à suivre) et sur le fond (mention des causes possibles du licenciement et de ses contreparties – en particulier, montant des indemnités de licenciement). Cette simplification serait de nature à consolider le lien de confiance entre l’employeur et le salarié.

Proposition 2 : inciter le salarié à la reprise d’un emploi

En parallèle, il faut renforcer les incitations à la reprise d’un emploi. Pour cela, une solution serait de substituer aux prestations de l’assurance-chômage les indemnités de licenciement versées par l’employeur jusqu’à l’épuisement de celles-ci - l’assurance-chômage prenant ensuite le relais. En cas de retour rapide à l’emploi, le salarié bénéficierait du solde de ses indemnités de licenciement. Cette formule garantit le revenu de remplacement du chômeur, en même temps qu’elle constitue une forte incitation à retrouver du travail. Elle présente trois autres avantages :

  • un coût moindre : si l’assurance-chômage prend le relais des indemnités de licenciement, elle intervient plus tardivement, ce qui allège d’autant ses charges ;
  • une plus grande générosité : une partie des économies réalisées pourraient faire l’objet d’une négociation entre les partenaires sociaux, afin d’augmenter le revenu de remplacement, en particulier au profit de ceux qui acceptent le suivi de formations offrant de réels débouchés ;
  • une meilleure efficacité : l’assurance chômage profiterait désormais en priorité à ceux qui en ont réellement besoin.

Proposition 3 : lutter contre le chômage des travailleurs non qualifiés

Troisième volet de la réforme, la lutte contre le chômage des salariés non qualifiés. Plusieurs pistes doivent être envisagées :

  • la défiscalisation des revenus du travail perçus pendant la formation initiale ; l’exonération totale de charges sociales pour la première embauche, les quatre embauches suivantes étant soumises à un barème progressif ;

  • la réorientation des crédits de la politique de l’emploi vers des formations qui assurent une insertion professionnelle durable (priorité donnée aux contrats aidés avec le secteur marchand, indexation du montant des allocations chômage sur l’utilité des formations suivies).

 

Réagir
( * Veuillez saisir les caractères visibles )


Les réactions

10. vendredi 26 janvier 2007, 18:36 provost

il faut simplement valorisé réellement le travail Actuellement demandeur d\'emploi dans le secteur transport logistique je ne cherche pas un emploi mais simplement que cela ne me coute pas plus chére d\'aller travailler que d\'etre chez moi (essences ,frais et stress) DE plus je suis comme beaucoup écraser par les impots Le pb est pour moi celui de la \"classe moyenne\" à savoir ce qui font environs 50 heures par semaine , qui sont au forfait et qui ont entre leur main la responsabilité de faire gagné de l\'argent au entreprise . Aujourd\'hui cette classe moyenne ne progresse plus et donc elle à plus intéret à aller vers le bas afin d\'etre plus heureux Aujourd\'hui dans le débat de l\'emploi cette classe est une fois de plus oublié

9. samedi 27 janvier 2007, 06:39 cambacérès

ATTENTION après toute cette campagne "participative",le risque est réel qu'on ait ouvert un droit à la parole pour mieux museler l'opinion à l'heure des réformes "hard" qui seront nécessaires....

8. samedi 10 février 2007, 13:48 serge wenner

il faut redonner de la souplesse aux contrats.aprés avoir lonptemps hésité j'ai embauché ,avec la peur au ventre si elle ne convient pas ça va me couter combien pour m'en séparer, quels problèes vais je rencontrer...

7. dimanche 11 février 2007, 14:52 happytaxepayer

suivnat les regions, il existe près de 80 types de contrats aidés, parmi lesquels un employeur n'a que l'embarrars pour determiner celui qui lui fera economiser de l'argent. Embarras, mais pas forcément choix, car le choix, c'est le marché qui lui impose de prendre un employé "au rabais". La definition du communisme, c'est l'emploi pour tous, à tout prix, même si cet emploi ne sert à rien. Nous approchons en france cette definition depuis que nous avons ouvert les trappes à misere des emplois aidés, qui enferment les entreprises dans le cycle infernal du poste le moins cher, dont lza marge est calculé sur un calcul faussé, provisoire. Résultat, ce n'est plus l'emploi qui est aidé, c'est la valeur du poste qui est définie étatiquement, et qui condamne l'entreprise à avoir des postes par définition precaire, destiné à des salariés au rabais, au risque en cas contraire de perdre sa marge, ou devoir augmenter ses prix. Augmenter ses prix, ele y est déjà condamné par l'augmentation du smig, + 28 % en 6 ans, ce qui fait baisser le pouvoir d'achat de façon réciproque? ARRETONS DE TRAITER LES SYMPTOMES . IL FAUT S'ATTAQUER AU VIRUS, IL FAUT INVENTER UNE NOUVELLE STRATEGIE ECONOMIQUE FRANCAISE, EUROPEENNE, SINON NOUS MOURRONS.

6. mercredi 20 juin 2007, 14:15 Maumenée gérard

UNE SOLITION SIMPLE GRATUITE EFFICACE ET POPULAIRE POUR L'EMPLOI c'est possible! PROPOSITION DE LOI 2007 Bonus / malus pour l’impôt sur les sociétés en fonction de l’emploi PROBLEME : Comment stimuler la création d’emploi en stimulant le développement d’entreprises dynamiques et innovantes sans créer de nouvelles charges pour l’état ? Il est plus facile d’assurer la rentabilité d’une entreprise en réduisant les coûts et les effectifs que d’investir pour développer de nouveaux produits et de nouveaux marchés dont les résultats sont toujours incertains. L’impôt sur les société est vient réduire le profit de l’entreprise par un taux fixe et uniforme pour toutes les sociétés en France. Le bénéfice après impôt est le seul critère important pour les actionnaires qui décident entre fermeture d’usine ou développement de nouvelles activités SOLUTION PROPOSEE Agir directement sur le point sensible au niveau du décideur : l’actionnaire majoritaire BONUS d’impôt sur les sociétés (IS) de 10% ( 23% d’impôt au lieu de 33%) pour les société qui prouvent une progression durable de leur effectif salarié et de leur masse salariale en France. MALUS d’impôt sur les sociétés (IS) de 10% ( 43% d’impôt au lieu de 33%) pour les société qui prouvent une régression de leur effectif salarié et de leur masse salariale en France. Remarque : Le taux actuel de 33.1/3% concerne toutes les entreprises de plus de 7.6M€ de CA et les résultats au dessus de 38k€ pour les plus petites. AVANTAGES  Principe simple à mettre en œuvre (loi de finance) et concerne toutes les entreprises exploitées en France (capitaux Français ou étrangers)  Agit directement sur les décideurs  Attirer les entreprises dynamiques en France  Principe équitable : le licenciement reporte des charges à l’état, l’embauche réduit ces charges.  Stimule les stratégies de développement de nouveaux produits et l’exportation  Réduit le risque financier des actions de développement  Rend les délocalisations et fermetures d’usines moins rentable  Les sociétés déficitaires peuvent réduire leur effectif sans pénalité immédiate (elles ne payent pas d’impôt sur les sociétés…)  Modulation + /- neutre pour le budget de l’état  Et bien sûr, Réforme populaire qui « récompense » les sociétés vertueuses qui embauchent et « punit » les sociétés à forte rentabilité qui baissent leur effectif sans investir dans l’innovation et le développement. INCONVENIENTS  La crainte de perturber les habitudes des entreprises et de la bourse pour qui réduire l’effectif est un moyen plus simple pour améliorer les bénéfices que de développer les ventes et innover. qu'en pensez vous?

5. mercredi 20 juin 2007, 14:20 Maumenée Gérard

toute réforme qui s'applique à faciliter l'accès au travail de tel ou tel catégorie de demandeur d'emploi est innéficace si l'offre d'emploi n'est pas stimulée! il faut avant tout créer des emplois pour permettre aux chômeurs de trouver un emploi! on en parle peu car on y croit pas! pourtant le problème est simple : une entreprise embauche à une condition : elle a des clients durablement! donc tout dépend de son éergie et de ses investidssement pour innover, développer de nouveaux produits, les faire connaitres, les vendre en France ou à l'export! il n'y a pas d'autre bonne raison d'embaucher! vous en connaissez d'autres?

4. samedi 25 aout 2007, 03:58 d'Agata

Seule vrai solution pour réduire de maniére drastique le chômage de masse en France, diminuer de maniére importante les charges sociales des 2,3 millions de petites entreprises de moins de 20 salariés qui ne délocalisent pas et qui n'attendent que cela pour embaucher,et abaisser le taux des prélévements sur les salaires bruts des salariés.Que l'on ne vienne pas nous dire que le coût en serait exhorbitant, c'est ce qu'ont fait tous les pays Européens qui sont maintenant trés largement devant nous en terme de croissance, avec un taux de chômage bien inférieur au nôtre. Il ne faut pas être grand économiste pour évaluer le coût bénéfice de telles mesures, à terme obligatoirement positives pour doper la croissance et l'emploi, quitte à utiliser comme volant de régulation l'augmentation de la TVA qui nous est permise par les instances Européennes. Mr Sarkozy, les Français qui travaillent et qui vous ont largement élu peuvent certes travailler plus pour gagner plus, mais entendent aussi travailler plus nombreux au bénéfice de tous.Bravo pour l'exonération des droits de succession mais quid? de l'Isf dont on nous dit qu'il rapporte de plus en plus, sans doute pour faire croire à la bonne santé économique du pays,mais qui en fait lui coûte 10 à 20 fois plus, en terme de délocalisation des grandes fortunes, d'évasion fiscale, de démotivation pour entreprendre

3. vendredi 15 février 2008, 14:39 baudoin

il faut dimminuer les charges patronale des petite et moyenne entreprise. de 50%en moin. taxe des multi nationale tels que totale ,bouygues, carrefour, orange,ect ... prendre un 10%de leur benefice car ces grace a nous (les français) qui consommons qui font enrichir les multi nationnale. cela permetra d aider les petite et moyenne entreprises a mieux s installer.chaque delocalisatoin de l entreprise doit oblicatoirement reversees toutles aides pretes par le gourvernement, et augmenter de 100% les indemniter des salarier licencier. que cela soit lu et accompli

2. vendredi 09 mai 2008, 22:25 yahya jlaila

slt je suis un jeune marocaine agé de 31ans célébatair j'ai 14ans d'expérience je cherche un travailla en platre a l'europe dans l'attente d'un répense favorable voullez ogré mes sentiments les plus déstinguée

1. samedi 23 juillet 2011, 09:36 wigs sale

wigs sale [url=http://www.wigsale.org/]wigs sale[/url] http://www.wigsale.org this is a good post!

Haut de page | Crédits et copyrights | Mentions légales | Flux RSS